« Sous le hashtag #UberCestOver, de nombreuses femmes témoignent de harcèlement, d’agressions sexuelles voire de viols par des chauffeurs Uber. La plateforme vient de faire son mea culpa. Mais les attitudes inappropriées voire les agressions concernent aussi les taxis classiques. ».

Retrouvez l’interview complète dans Le Soir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *