Les jouets sont, par définition, conçus pour amuser les enfants. Mais c’est également via le jeu qu’une petite fille ou un petit garçon en apprendra plus sur le fonctionnement du monde et construira certaines de ses valeurs. Cette dimension symbolique n’est pas à négliger : combien d’entre nous ont grandi avec la croyance que le rose était uniquement pour les filles qui, par ailleurs, jouent à la poupée pendant que les garçons jouent avec des petites voitures ? Ce stéréotype a traversé les âges, et on sait maintenant qu’il influence toute une série de choix qui seront faits plus tard par l’enfant. 

Ces dernières années ont vu se déployer le “marketing genré”, soit la tendance à mettre sur le marché des produits en s’appuyant sur des stéréotypes pour toucher femmes et hommes, de façon différenciée. Et les enfants n’échappent pas à la règle : on assigne aux filles des jouets liés à la beauté, au soin de l’autre et à la sphère domestique, alors qu’on associe les garçons à la science, au savoir, à la logique et au travail manuel. Plus encore, les jeux qui revêtent une dimension violente (guerre, combat, etc.) sont orientés vers les garçons, ce qui alimente en filigrane le système de violences de genre dont les femmes seront ensuite victimes.

L’année passée, les pouvoirs publics français ont signé une charte avec les fabricants de jouets, avec pour objectif d’atteindre plus de mixité et réduire les stéréotypes.

 

Sources :  https://www.clic-gauche.be/jouets-genres/  & https://collectiffeministe.files.wordpress.com/2012/03/jouets_sexistes_09_c01_web600.jpg

 

Une telle charte permet de faire avancer les questions d’égalité des genres sans en faire peser la charge directement sur le corps enseignant et sur les parents. Il s’agit d’une idée qui traite le problème à sa source, et pour cette raison, j’ai interrogé la Ministre de l’Éducation, Caroline Désir, sur un éventuel dispositif visant à réduire les stéréotypes de genre véhiculés par les jouets dans l’éducation.

Faire de l’école un lieu d’apprentissage de l’égalité des genres, favoriser la mixité, et apprendre aux enfants à s’épanouir sans être écrasés sous le poids des stéréotypes est pour moi une priorité.

 

Pour aller plus loin :

Les jouets genrés exacerbent les différences entre filles et garçons

Les jouets sont-ils encore trop « genrés »?

Les filles, les garçons et les jouets genrés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *