En juillet, je tombais sur un article du Blog du Modérateur (la Bible de la profession, il faut l’avouer). Directement, j’ai été un peu renfrognée par cette vision du job de Community Manager. Être CM, c’est un truc obscure, un job de l’ombre, un boulot sous-estimé (et sous-payé !), le tout avec une bonne grosse sur-couche de « je profite de mon job pour être hype et bien connaître le digital ». Bof. Selon moi, ce n’est ni un job nouveau, ni un job qui se construit pour lui-même autour de grosses notions théoriques (chiantes). Explication.

« Community » « Manager. « Gestionnaire de Communauté ». Finalement, quelle différence avec Gérald, le sexy (et blond) Gentil Organisateur du Club Med ? Le but premier du CM, c’est de fédérer autour d’une marque, d’un concept, d’une occasion. Le but d’un CM c’est d’agiter les bras, de défiler dans les rangées de gens en disant « allez, allez, on saute, on saute, on bouge les bras, on bouge la tête ! ». Enfin c’est ça, en un rien plus subtil.

Être CM c’est aussi être capable de comprendre le monde dans lequel on vit. Les produits, les expériences, les événements, tout ce qui entoure les gens au XXIe siècle est prétexte à créer du lien : une marque de shampoing, une boulangerie, une école, une société de transports en commun, un club de volley, un groupe de musique, une marque de bagnole, etc. Il y a tellement d’opportunités différentes que le plus important, c’est toujours d’avoir l’impression que le choix qui a été fait est le meilleur.

Or, puisqu’il y avait des gens avant « LE INTERNET », et même avant les folders publicitaires, il y a toujours eu des CM ! Marcel, l’Agent de quartier qui fait du porte-à-porte pour inviter successivement au Grand Feu de Strepy-Bracquegnies, à la fête de Noël, à la tombola de l’école, tout en relayant les plaintes concernant les poubelles, et en distribuant le bulletin communal est sans doute le plus vieux CM du monde et il aura pu vous convaincre que oui, Strepy-Bracquegnies est un endroit formidable, un lieu idyllique où tout le monde s’éclate.

Avec le temps et l’émergence du digital, des outils incroyables se sont développés. Faire de la veille, gérer des campagnes sur Twitter et Facebook, optimiser le SEO, etc. En effet, en tant que CM, il est indispensable de les maîtriser. Toutes ces super outils d’analyse et de promotion auraient sans doute bien changé la vie de Marcel, l’Agent de quartier. Cela dit, pour un CM, le meilleur outil reste la sympathique, l’empathie, et la dose d’humour qui lui permettent d’être un intermédiaire sympa entre les gens et les marques, les institutions et les produits.

Être CM, c’est être Marcel ou Gérald, le tout avec une bonne connaissance des outils techniques modernes. Et il ne faut pas s’en cacher : soyez fières d’être CM, bordel.

Capture-d’écran-193

Capture-d’écran-192
Capture-d’écran-2014-12-30-à-21.28.331

*Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite.
** Vous aurez compris que je ne me considère ni comme un GO, ni comme un Agent de Quartier. Si ce n’est pas le cas, je vous invite à consulter cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *